· Manger sainement,Plaisir de manger,Mieux manger,Passion et cuisine,Naturopathie

Une fois n'est pas coutume, je voulais changer de mes inspirations culinaires en vous présentant pour la rentrée, une personne qui malgré la distance, est cher à mon cœur, Aurélie Grosfilley-Hili, un amour de naturopathe. Cela fait un an que nous nous sommes rencontrées et tellement passionnée par son métier, j'en apprends tous les jours, lors de nos échanges sur mon sujet de prédilection, vous aurez deviné, l'alimentation!

Parle nous de toi, quel est ton parcours ?

Quand j’étais plus jeune, je n’ai jamais vraiment su quoi faire de ma vie et comme je n’avais pas trop de projet professionnel après mon bac, je me suis orientée en faculté de Sociologie à Rennes. Mais ça n'était pas pour moi, alors après plusieurs années à faire des jobs les plus diverses, je me suis retrouvée déléguée médicale dans le sud de la France.

À cette époque, je n’avais pas conscience du lien pourtant si fort, qu'il y a, entre l’hygiène de vie et la santé. Je faisais du sport deux mois avant l’été, je mangeais du fromage blanc noyé dans l’aspartame, je sortais beaucoup, avec un verre de vin dans la main et une cigarette dans l’autre. Et pour couronner le tout, je travaillais dans l’industrie pharmaceutique!

Comment as-tu trouvé ta voie?

Un jour, dans mon parcours de déléguée médicale, j’ai eu comme un déclic suite à la rencontre d’un médecin qui pratiquait une médecine plutôt alternative, naturelle. J’ai bien accroché à cette approche de la santé. J’ai ensuite participé à des conférences, lu énormément de livres et là, j’ai découvert la Vie ! J’ai pris un virage à 200 degrés en quittant le milieu pharmaceutique en 2010 pour me former à la naturopathie.

Aujourd’hui, mon souhait est de transmettre mes connaissances à ceux qui ont encore les yeux fermés sur ce lien entre la santé et nos habitudes de vie, pour qu’ils découvrent l’importance de l’alimentation, de l’exercice physique et de la gestion du stress afin de vivre en meilleure santé et plus longtemps.

As-tu des sources d’inspiration au quotidien?

Le regard de mes enfants est une véritable mine d'inspiration. Mon fils de 9 ans est fier de sa maman naturopathe qui s’occupe de sa santé en lui donnant des aliments sains. Il a conscience que ses copains qui mangent un paquet de chips pour le goûter ne sont pas dans le même chemin que nous, il sait l’importance de faire du sport et de transpirer pour éliminer les déchets qui circulent dans son corps, il sait aussi que notre corps a besoin de bon carburant pour avancer. Il s’intéresse à mes préoccupations et à cet univers. Il m’a même demandé l’autre jour s'il y avait du gluten dans ses haricots! Quant à ma fille de 7 ans…disons qu’elle mangerait bien un paquet de chips pour le goûter elle…mais je ne désespère pas!

Les livres et Internet sont aussi une source d’inspiration intarissable pour moi. Même si on trouve de tout et son contraire sur les grands sujets. Par exemple, il y a autant d’études qui prouvent que le soja est inoffensif pour notre santé que le contraire… L’essentiel est de ne rien prendre pour argent comptant, de comparer, s’informer, expérimenter et se faire sa propre idée.

Où pratiques-tu, concrètement?

Du sud de la France à Philadelphie, puis maintenant à Moscou, j'ai tout simplement suivi mon mari qui travaille dans une multinationale. J'ai une vie de globe trotteuse et ça me plait! J’aime le mouvement, rencontrer de nouveaux univers, de nouvelles personnes et j’ai la chance de m’adapter facilement. Pour la nourriture, je m’adapte avec les produits locaux et les produits importés... et selon les pays, cela peut s'avéré être un véritable casse-tête. Quant à mon travail, en tant que naturopathe, je développe mon activité sur internet, me permettant d’emporter mon "bureau" n’importe où dans le monde! Ma vie de globe trotteuse me plait !

Naturophila où l'Art de rester en bonne santé!

Qu'est-ce qui t'as poussé à créer Naturophila?

Le fonctionnement de nos cellules, ce qu’elles avaient besoin pour nous faire vivre, comment les aliments sont digérés, coupés en petits morceaux et envoyés dans notre sang pour nourrir ces cellules, etc. tout cela, petit à petit c'est révélé ma passion pour la santé au naturel et mon souhait d’en faire mon métier.

Mais pas facile d’exercer le métier de naturopathe, de développer une clientèle en déménageant régulièrement. Du coup, je propose avec Naturophila, des consultations par Skype ainsi qu’un accompagnement individualisé pour toutes celles et ceux qui veulent changer d’hygiène de vie, mais qui ne savent pas comment faire. Je réponds ici à une demande de plus en plus forte des gens que je rencontre. J'ai aussi le blog, avec des articles, recettes, des conseils, des coups de cœur, etc.

Végétarien ou végétalien sans danger c'est possible?

Grande question, qui divise et qui est sujette à beaucoup de polémiques et même d’agressivité sur Internet… Je dirais, n’en déplaise aux Vegans, que les protéines animales sont nécessaires à un bon développement de l’humain, mais qu’il ne faut pas en abuser.

De plus, notre corps assimile beaucoup plus facilement les protéines animales que les protéines végétales, qui doivent être extraites d’une couche de cellulose avant d’être absorbée.

Ce qui est sûr, c’est que sans protéine animale, se développe une carence en vitamine B12.

Que privilégies-tu comme mode d'alimentation?

Personnellement, je ne rentre pas dans une catégorie type "Frugivore", "Crudivore", "Vegan", "Rawtill 4", "Paléo", etc, mais je respecte quelques préceptes essentiels à une alimentation "santé" :

  • Cuisiner soi-même le plus possible.
  • Manger beaucoup de fruits et légumes et surtout des légumes!

  • Augmenter les sources d’omega 3 : poissons et crustacés, légumes verts, huile de lin, de noix, graines de chia, etc.

  • Privilégier le bio pour éviter les pesticides, mais aussi parce que les produits bio sont plus riches en vitamines et minéraux que ceux issus de l’agriculture conventionnelle.

  • Limiter les produits raffinés qui n’ont aucune valeur nutritionnelle et qui ont un indice glycémique élevé : sucre blanc, pain blanc, etc.

  • Limiter les produits industriels: plats préparés, biscuits, sodas, etc.

  • Réduire le sucre.

  • Réduire les sources d’omega 6 : huile de tournesol, maïs, soja, margarines, graisses hydrogénées = chauffées à haute température, viandes rouges, charcuteries, etc.

Quel est le repas le plus important de la journée?

Tous les repas sont importants. Bien sûr, pour bien commencer une journée il faudrait un petit-déjeuner plein d’énergie

❗Ce qui ne veut pas dire plein de glucides❗

Mais si la faim n’est pas au rendez-vous quand on se lève, si on se sent un peu barbouillé, ne rien manger n’est vraiment pas un problème. Au contraire, ce mini-jeûne va permettre au corps de garder de l’énergie plutôt que de travailler à la digestion.

Pour les enfants, c’est pareil, ne pas forcer un enfant qui n’a pas faim, mais lui glisser goûter: amandes, noix de cajou, compote, banane, dans son sac.

Que dirais-tu aux plus jeunes générations?

Les jeunes sont malheureusement attirés par ce qui n’est pas bon pour le corps : sodas, fast food, viennoiseries, produits préparés, gâteaux… Autant d’aliments qui n’apportent rien à l’organisme, voire qui l’agressent. Uniquement des calories vides, pas de carburant. Pourtant, quand on a trois pauses par jour à l'école ou un Bac à préparer, les cellules ont besoin de tous les macro et micro nutriments pour fonctionner à plein régime.

Je pense que si les parents se sentent concernés, alors les enfants pourront au moins se poser les bonnes questions. Et plus on commence tôt, plus c’est logique pour les enfants.

Il faut prendre conscience que l’alimentation dans notre corps est comme l’essence dans une voiture ! On ne mettra pas de Diesel dans notre voiture « sans plomb » pour ne pas abîmer le moteur. Et pourtant on se gave de produits qui encrassent notre organisme et l’affaiblissent.

Voilà pourquoi je tenais tant à vous faire découvrir Aurélie Grosfilley-Hili, elle n'a pas son pareil pour enseigner l'Art de rester en bonne santé. D'ailleurs, vous la connaissez déjà, à travers mon petit-déjeuner! Oui, c'est grâce à elle que j'ai petit à petit fait évolué ma routine du matin et je m'en porte que mieux! En voici la preuve, au-dessus, avec sa recette de mini galettes de sarrasin que je prépare maintenant quasi tous les matins! Cliquez sur l'image pour retrouver la recette complète.

Maintenant, vous n'avez plus d'excuses pour ne pas passer à l'action! C'est la rentré, alors pourquoi pas s'engager vers de vraies solutions?

N’hésitez pas à partager vos avis dans les commentaires et à me dire si vous avez aimé découvrir le parcours d'Aurélie. Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi Interview d'une coach culinaire passionnée!... pour The Curious Frenchy.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly